Accueil Contact Réunion Activite

Un prix trop élevé


Une des choses que j’aime dans Al-Anon, c’est qu’on n’y donne pas de conseils. Pour les membres dont l’alcoolique en phase active est la personne importante dans leur vie, Al-Anon ne conseille jamais ni de « rester » ni de « partir ». Al-Anon nous suggère plutôt de nous concentrer sur nous-mêmes, non ,sur l’alcoolique, et de mettre les Étapes en pratique à seule fin de changer les choses que nous pouvons changer nos propres attitudes et actions.

Je faisais partie d’Al-Anon depuis environ trois ans quand on m’a présentée à un homme merveilleux qui semblait être l’homme de mes rêves, lI était non seulement grand, beau et bronzé, mais il était également instruit, intelligent et sympathique. Nous aimions le grand air et la nature et nous voyagions à travers les Etats-Unis, faisant des randonnées à pied et du camping. J’étais si heureuse que certains jours je me pinçais pour savoir si c’était vrai. Je me sentais comme Cendrillon au bal.

J’ai commencé à constater les signes avertisseurs que tout était loin d’être parfait. Lors d’un voyage de camping, mon copain est tombé endormi sur la table de pique-nique et s’est réveillé malade le lendemain matin. Il m’a expliqué qu’il aimait un peu le whisky quand il se trouvait dans la nature sauvage, mais qu’apparemment ça n’allait pas avec son estomac.

Il est venu chez moi un soir, ivre et très bouleversé, après son travail à une salle d’urgence de l’hôpital. Il m’a expliqué qu’un de ses jeunes patients était mort. Quelques semaines plus tard, nous parlions au téléphone et il m’a confié qu’il avait trop bu le soir précédent à l’occasion d’une levée de fonds pour l’hôpital. En plein milieu d’une consultation avec un patient, il avait dû courir aux toilettes pour vomir.

Peu de temps après, nous sommes allés dans les montagnes pour rendre visite à certains de ses camarades d’université. Tout le monde buvait, J’ai remarqué que mon copain consommait un grand nombre de bières. Quand ses amis ont commencé à faire circuler de la marijuana, mon copain s’est joint à eux. J’étais si bouleversée qu’il m’a fallu quitter la cabane. Sous un ciel plein d’étoiles, je me suis agenouillée sur le versant de la montagne et j’ai récité une prière. Je dirais cette même prière plusieurs fois au cours de l’année suivante. « Mon Dieu, j’aime cet homme. Je l’attends depuis trente ans. Je ne veux pas le laisser. Je t’en prie, fais que tout aille bien. »

Cette prière m’a aidée à traverser beaucoup de souffrance et de tristesse. Je n’ai cessé ni d’aller aux réunions Al-Anon ni de pleurer. Lentement, j’ai appris grâce au programme à admettre mon impuissance devant la consommation d’alcool de mon copain et à me détacher avec amour. J’ai appris de nouveau, comme je l’avais appris avec mon père alcoolique, qu’il ne buvait pas parce que je n’étais pas suffisamment attrayante, intelligente, douée ou aimante. J’ai appris que je ne pouvais pas contrôler sa consommation d’alcool en me plaignant, en pleurant ou en discutant. Puisqu’il ne pensait pas avoir un problème, j’étais impuissante à changer cela.

Un beau matin d’été, nous sommes allés faire du canoë avec son frère. Ils ont commencé à boire et l’un d’eux a renversé de la bière dans le canoë. A mesure que nous pagayions, la bière coulait du devant à l’arrière du canoë. L’odeur de la bière chaude est devenue insupportable. A ce moment, Dieu a répondu à ma prière. Une voix dans ma tête a dit clairement:

« Qu’est-ce que je fais là ? Le prix est trop élevé. Je mérite tellement mieux que cela. »

Ce n’était pas la réponse que j’attendais. J’aurais voulu que mon copain cesse de boire pour que nous puissions vivre heureux à tout jamais. Mais Dieu avait d’autres plans. Grâce à Al-Ânon, mon estime personnelle s’est accrue à un niveau où j’ai compris que Dieu veut que je sois dans une relation respectueuse et remplie d’amour réciproque, et que l’alcoolisme en phase active ne fait pas partie de ce dessein.

J’ai pu mettre un terme à cette relation, même si j’aimais beaucoup mon copain. Ce fut l’une des choses les plus difficiles que j’ai jamais faites. Al-Ânon m’a aidée à être honnête et à admettre que j’étais également amoureuse du rêve « heureux à tout jamais ». J’ai dû abandonner ce rêve et faire confiance à Dieu pour qu’il me dirige vers une relation encore meilleure, où je pourrai trouver la camaraderie et la compatibilité vraies.

Depuis ce temps, je suis sortie avec d’autres hommes et je n’ai pas encore trouvé «l’élu». Ce que j’ai trouvé à un niveau encore plus profond, c’est mon Dieu, et c’est plus beau que je ne l’ai jamais imaginé. Avec l’aide d’Al-Anon et de ma Puissance Supérieure, je suis devenue la femme courageuse, capable et confiante que j’ai toujours voulu être. Tandis que les hommes dans ma vie ont changé, Al-Anon et les Douze Étapes demeurent les mêmes. Peu importe à quelle distance je m’éloigne, Al-Anon me ramène toujours là où je suis contente, satisfaite et en paix.

par Sherri C., Californie

Permission accordée par Le Forum, Al-Anon Family Group Headquarters, Inc., Virginia Beach, VA.

SectionAdminActivités