Accueil Contact Réunion Activite

Première étape : Je ne me mets pas

dans des situations vouées à l'échec

 

 jpg

 
Première Étape : Nous avons admis que nous étions impuissants devant l'alcool - que notre vie était devenue incontrôlable.

Pendant de nombreuses années, je ne pensais pas que j'étais impuissante envers quoi que ce soit dans mon petit univers. Je pensais que je devais essayer un peu plus fort ou m'organiser un peu mieux afin d'assumer le résultat quel qu'il soit.

En vivant auprès d'alcooliques, j'ai essayé beaucoup de nouvelles techniques et je me suis aguerrie dans ma résolution de les contrôler. Mon but était de préserver l'ordre - ou tout du moins de paraître ordonnée, logique et responsable. Je suis devenue experte.

Avant Al-Anon, pendant plusieurs années, j'ai commencé à remarquer à quel point mes efforts étaient inutiles; je me suis sentie comme une perdante. Maintenant, je réalise que je ne pourrais être prête à entendre le message du rétablissement qu'au moment où je serais finalement capable d'admettre mon échec - mon impuissance vis-à-vis des autres et leur maladie d'alcoolisme.

Lorsque j'ai adhéré au programme, ma vie ne semblait pas incontrôlable parce que c'était moi qui gardais la famille sur le droit chemin? Qui m'occupais de tout le monde et préservais l'image d'un clan heureux. Mais je pouvais amplement me rendre compte à quel point ma vie était vraiment devenue incontrôlable. Je suis devenue plus disposée à me regarder moi-même et ma vie sous une autre perspective.

«Apprendre que je n'étais pas sensée gérer la vie des autres a été pour moi un grand soulagement. Bien au contraire, j'étais sensée me concentrer sur moi. »

J'ai appris que nous étions tous là parce que nous ne parvenions pas à gérer notre vie. Apprendre que je n'étais pas sensée gérer la vie des autres a été pour moi un grand soulagement. Bien au contraire, j'étais sensée me concentrer sur moi.

Pour moi, permettre aux autres de gérer leur propre vie représente encore un défi mais maintenant, je réalise qu'essayer de régler les problèmes des autres est ce qui a causé une grande dose de frustration et d'échec dans ma vie.

Aujourd'hui, le programme me rappelle constamment qu'en plus de mon impuissance devant l'alcool, je n'ai également aucun pouvoir sur les pensées des autres, leurs décisions, leurs réactions et les conséquences de celles-ci. Je veux pouvoir m'occuper de ma santé et de mon bien-être, respecter mes préférences, décider de mes actions, réévaluer mon comportement et demeurer réceptive à mes propres sentiments et aux nouvelles informations qui proviennent d'autres personnes.

Maintenant que le poids des responsabilités pour le entier est soulevé, je peux essayer de répondre aux autres avec un amour sincère au lieu de les juger.

Par Lois R., Californie

Cet article peut être reproduit sur Internet en précisant : Permission accordée par The Forum, Al-Anon family Group Headquarters, Inc, Virginia Beach, VA.

SectionAdminActivités