Accueil Contact Réunion Activite

Trouver la bonne réunion

 

Mon époux travaillait dans le Mississippi (du moins, c’était ce que je croyais), alors que je résidais et travaillais en Floride. Je savais qu’il était alcoolique et je soupçonnais qu’il était également devenu dépendant aux médicaments prescrits pour lutter contre la douleur. J’étais stupéfaite, mais tout de même heureuse et soulagée. Si seulement j’avais su que ce n’était que le début.

 

Chaque fois qu’il me téléphonait, j’apprenais autre chose concernant la vie qu’il menait.  Cela faisait plusieurs mois qu’il ne travaillait pas; il avait eu une liaison avec une autre femme et il y avait une nouvelle carte de crédit débitée au maximum : 20,000 dollars. J’étais dans une impasse.

 

Lorsque je me suis rendue au centre de réhabilitation le jour réservé aux familles, la conseillère de mon époux m’a encouragée à trouver un groupe Al-Anon. Elle a ajouté : « Assurez-vous de trouver un groupe qui vous plait ».

 

Les quelques premières semaines que mon mari était en traitement, j’ai atermoyé. Je me sentais très seule, j’avais honte et j’étais accablée. Il était entouré de conseillers et recevait l’appui d’autres alcooliques. Je ne cessais de penser : « Et moi alors? »

 

J’ai fini par me « jeter à l’eau » et j’ai trouvé une réunion. Je ne me suis pas sentie bien accueillie et la réunion portait sur le service. Les membres partageaient comment ils ou elles avaient été bénévoles, serviteurs et officiels; j’avais du mal à les comprendre. Comment puis-je faire du travail de service lorsque mon univers s’effondre autour de moi? 

 

« Il était entouré de conseillers et recevait l’appui

d’autres alcooliques. Je ne cessais de penser : " Et moi alors?" »

 

Je me sentais vraiment découragée. Mais je me suis rappelé ce que le conseiller avait dit concernant le fait de trouver une réunion qui me convenait. Alors, j’ai essayé une autre réunion. Dès mon entrée, on m’a accueillie avec une grande dose de sollicitude et d’amour. J’avais le sentiment que les membres me comprenaient. J’avais trouvé une réunion qui me plaisait.

  

Je n’ai pas manqué une seule réunion depuis ce premier jour. Un sentiment de paix m’envahit durant cette heure de partage. Lorsque je fais part de mes épreuves – mon époux boit encore –, les autres membres écoutent et je sais qu’ils comprennent.

 

La semaine dernière, tandis que je me rendais à ma réunion, j’ai réalisé que les membres de mon groupe étaient pour ainsi dire des étrangers. Je connais uniquement leurs prénoms et je les vois seulement une heure par semaine. Et pourtant, j’ai partagé des détails très intimes de ma vie avec eux. Je continue à avoir de l’affection et de l’amour à leur égard.

  

Par Maria B., Floride

The Forum, mars 2010

 

Permission accordée par The Forum, Al-Anon Family Group Headquarters, Inc., Virginia Beach, VA.

 

 

 

 
SectionAdminActivités