Accueil Contact Réunion Activite

Mes tentatives pour

contrôler ma vie ayant échoué,

je suis devenue suicidaire

 

Je suis arrivée à Al‑Anon à 48 ans, fille adoptive (et unique) d’une mère alcoolique mais aimante. J’étais âgée de dix ans quand elle est décédée. J’ai grandi auprès d’un père aimant mais contrôlant dont l’alcoolisme et la démence empiraient à mesure que son âge avançait.

 

À partir de l’âge de cinq ans, avec maman ivre (ou en réhabilitation) et papa au travail, j’ai assumé le lourd fardeau de la responsabilité de mon propre bien-être, celui de maman, et la sérénité de papa puisqu’il était hors de question que je le contrarie encore plus...

 

En grandissant, je suis passée de « personne cherchant à plaire aux autres » à une personne aux pensées radicales : c’était tout noir ou tout blanc. C’était présomptueux de ma part parce que je pensais être omnisciente. Je jugeais ceux qui déviaient de ces règles que j’avais moi-même testées et décrétées bonnes ou mauvaises. J’ai essayé de tout contrôler et de régler les problèmes de tous – pour leur bien. Dans mon petit coin du monde, j’étais Dieu – essayant de décider de tout.

 

J’avais toujours cru en Dieu mais Il avait de gros problèmes avec les millions de personnes qui souffraient de famine en Éthiopie, etc.… Il était bien trop occupé pour s’inquiéter de mes problèmes quotidiens. Je connaissais aussi la Prière de Sérénité et je pensais qu’elle était pour les faibles. Elle ne s’appliquait pas à moi puisque rien n’était inchangeable et que j’avais assez de courage pour tout changer.

 

Je suis arrivée à Al‑Anon épuisée, déprimée et suicidaire. Mon entourage, soi-disant contrôlé s’effondrait autour de moi. Je ne pouvais pas contrôler le comportement inacceptable de mon époux; mes jeunes enfants adultes rejetaient mes règles radicales; je ne pouvais pas faire disparaître la dépression de mon père qui prenait de l’âge; et j’ai échoué quant à la protection de ma fille aînée qui se trouvait dans une relation maritale oppressante.

 

C’est à ma première réunion Al‑Anon que j’ai pour la première fois entendu le mot « sérénité ». C’était comme de l’eau pour un homme assoiffé dans le désert : un besoin urgent! En l’espace de douze mois à peine, Al‑Anon m’a permis de connaître la sérénité; d’entreprendre une introspection de la réalité de ma vie et de mes attentes, de personnellement apprécier et mettre en pratique la Prière de Sérénité, de développer une attitude du « Vivre et laisser vivre » et de reconnaître que Dieu est mon esprit et mon ami, et qu’il est en permanence avec moi. Merci Al‑Anon.

 

Par S.T., Australie The Forum, décembre 2010

 

Permission accordée par The Forum, Al-Anon Family Group Headquarters, Inc., Virginia Beach, VA.

 

SectionAdminActivités